Investor's wiki

Accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA)

Accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA)

Qu'est-ce qu'un accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA) ?

Un accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA) était un type de contrat entre la Federal Deposit Insurance Corp. (FDIC) et un entrepreneur indépendant qui supervisait et vendait les actifs des institutions d' épargne et de prêt (S&L) en faillite pendant la crise S&L des années 1980. et années 1990.

Les accords de gestion et de disposition d'actifs (AMDA) sont devenus n√©cessaires lorsque la Federal Savings and Loan Insurance Corp. (FSLIC) a repris de nombreux S&L d√©faillants (√©galement appel√©s ¬ęthrifts¬Ľ) pendant la crise, acqu√©rant des milliards de dollars d'actifs dans le processus. Lorsque le FSLIC (qui √©tait √† l'industrie S&L ce que la FDIC est au secteur bancaire) a √©chou√© pendant la crise, il a √©t√© aboli en 1989 et la FDIC est devenue le chef du Fonds de r√©solution FSLIC.

Comprendre un accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA)

La crise financi√®re de l'√©pargne et des pr√™ts a √©t√© le r√©sultat de la fermeture de 1 617 banques et de 1 295 institutions d'√©pargne et de cr√©dit de 1980 √† 1994, qui a entra√ģn√© une perte ou une aide de 303 milliards de dollars d'actifs bancaires et de 621 milliards de dollars d'actifs d'√©pargne et de cr√©dit. La majorit√© de ces banques √©taient petites avec leurs fondations construites dans le secteur de l'√©nergie et de l'agriculture. Lorsque le secteur √©nerg√©tique am√©ricain a √©t√© touch√© √† la fin des ann√©es 1970, ce qui a entra√ģn√© une stagflation et un environnement de taux d'int√©r√™t volatil, ces banques ont √©t√© durement touch√©es .

Parce qu'il y avait plus d'actifs de S&L d√©faillants que la FDIC ne pouvait g√©rer seule, le gouvernement a cr√©√© la Resolution Trust Corp. (RTC), dont le but √©tait de r√©soudre toutes les √©conomies plac√©es sous tutelle ou sous s√©questre entre le 1er janvier 1989 et ao√Ľt 8 1992 .

Le RTC n'avait pas la capacité de résoudre tous les S&L échoués et était tenu de sous-traiter le travail au secteur privé lorsque cela était possible. Les accords de gestion et d'aliénation d'actifs (AMDA) étaient les accords de partenariat qui formaient le cadre juridique des travaux. Quatre-vingt-onze entrepreneurs ont travaillé dans le cadre de ces accords au début des années 1990 pour gérer 48,5 milliards de dollars d'actifs .

Des spécialistes des actifs qui travaillaient pour la FDIC ou le RTC ont géré ou supervisé les transactions. Les entrepreneurs ont reçu des frais de gestion, des frais de disposition et des frais incitatifs en échange de leur travail de gestion des actifs performants et de cession des actifs non performants. Certains des fonds reçus par l'intermédiaire des AMDA ont été consacrés à la résolution de la crise.

Gestion des actifs défaillants

Les AMDA ont été l'un des nombreux outils utilisés par le gouvernement pour résoudre la crise S&L. Certains des autres outils de gestion et de liquidation des actifs pendant la crise comprenaient la Federal Asset Disposition Association, les accords de liquidation d'actifs S&L nouvellement créés et appartenant au FSLIC, qui ont été utilisés pour disposer de pools d' actifs en difficulté d'une valeur d'au moins 1 $. milliards de dollars et des ALA régionales pour les plus petits pools de moins de 500 millions de dollars .

Au total, le RTC a liquid√© 747 S&L insolvables pendant la crise. Ces entit√©s avaient 402,6 milliards de dollars d'actifs et le co√Ľt pour le RTC √©tait de 87,5 milliards de dollars. Les banques en faillite g√©r√©es par la FDIC avaient 302,6 milliards de dollars d'actifs et la gestion de ces entit√©s en faillite a co√Ľt√© 36,3 milliards de dollars √† la FDIC .

La FDIC a r√©solu ces faillites bancaires de quatre mani√®res principales : (1) achat et prise en charge, (2) transferts de d√©p√īts assur√©s, (3) assistance bancaire ouverte et (4) remboursements de d√©p√īts directs. Le pourcentage utilis√© pour chacun √©tait de 73,5 %, 10,9 %, 8,2 % et 7,4 %, respectivement .

Points forts

  • Les entrepreneurs ont re√ßu des frais de gestion, des frais de disposition et des primes d'encouragement en √©change de leur travail.

  • Quatre-vingt-onze entrepreneurs ont travaill√© dans le cadre de ces accords au d√©but des ann√©es 1990 pour g√©rer 48,5 milliards de dollars d'actifs.

  • La FDIC et la Resolution Trust Corp (RTC) √©taient responsables de la vente des actifs des banques en faillite pendant la crise. √Čtant donn√© que ces entit√©s n'avaient pas la capacit√© de r√©soudre elles-m√™mes toutes les ventes, elles ont engag√© des tiers dans le cadre d'AMDA.

  • La crise de l'√©pargne et des pr√™ts a √©t√© une crise financi√®re extr√™mement importante et dommageable, comparable √† la Grande D√©pression.

  • Un accord de gestion et de disposition d'actifs (AMDA) √©tait un contrat entre la Federal Deposit Insurance Corp. et des entrepreneurs ind√©pendants embauch√©s pour aider √† faire face aux retomb√©es des institutions d'√©pargne et de cr√©dit (S&L) pendant la crise S&L des ann√©es 1980 et 1990.