Investor's wiki

comportementaliste

comportementaliste

Qu'est-ce qu'un comportementaliste ?

Un comportementaliste est un adepte des théories de l'économie et de la finance comportementales, qui soutiennent que les investisseurs et les autres acteurs du marché ne se comportent ni de manière rationnelle ni dans leur propre intérêt. Les décisions d'investissement, comme toute activité humaine, sont soumises à un mélange complexe d'émotions, d'environnement et de préjugés. Le fait de ne pas suivre la raison pure conduit à des inefficacités du marché et à des opportunités de profit pour les investisseurs avertis. L'économie comportementale s'oppose au modèle traditionnel du choix rationnel et à l'hypothèse des marchés efficients, qui supposent tous deux un comportement parfaitement rationnel des investisseurs sur la base des informations disponibles.

Comprendre les comportementalistes

La théorie behavioriste de l'investissement intègre des éléments de psychologie pour expliquer les imperfections du marché que l' hypothèse de marché efficace (EMH) ne parvient pas à résoudre. Le comportementaliste considère les inefficacités, telles que les pics de volatilité,. les mouvements de prix erratiques et les traders superstars qui battent constamment le marché, comme la preuve que la présomption de l'EMH de marchés parfaitement rationnels n'explique pas le comportement des investisseurs dans le monde réel.

Le comportementalisme commence par la notion que les investisseurs sont des humains et ne sont donc ni parfaits ni identiques. Nous sommes chacun uniques dans nos capacités cognitives et nos antécédents. Les incohérences comportementales d'un individu à l'autre s'expliquent en partie par la physiologie du cerveau humain. La recherche a montré que le cerveau est composé de sections avec des priorités distinctes et souvent concurrentes. Tout processus décisionnel humain, tel que la sélection d'un investissement optimal, implique une résolution de ces priorités concurrentes. À cette fin, le cerveau s'engage dans des tics psychologiques que les comportementalistes ont identifiés comme des biais.

Les détracteurs de l'économie comportementale et de la finance comportementale soulignent que, pour la plupart, la théorie du choix rationnel et les modèles qui en découlent, tels que les lois de l'offre et de la demande et la grande majorité des modèles économiques, font en effet un assez bon travail. d'expliquer et de prédire le comportement observé des investisseurs et des autres participants à l'économie. La plupart des comportements économiques semblent rationnels. D'autres soutiennent que les biais cognitifs que les comportementalistes mettent en évidence pour expliquer un comportement prétendument irrationnel, alors qu'ils peuvent violer de justesse les hypothèses de la théorie du choix rationnel, sont en fait rationnels dans un sens plus large. Par exemple, un excès de confiance irrationnel peut amener certains individus à prendre des décisions économiques irrationnelles pour eux-mêmes, mais d'un point de vue évolutif, la présence de certains individus irrationnellement trop confiants pourrait conférer un réel avantage à l'ensemble de la population dans le comportement d'organisation, peut-être en servant d'entrepreneurs ou d'autres dirigeants. .

Les biais comme fondement du comportementalisme

Les biais sont souvent cités par les comportementalistes pour expliquer les erreurs récurrentes du jugement humain. Les imperfections courantes de notre processus décisionnel incluent :

  • Biais rĂ©trospectif, la conviction que les Ă©vĂ©nements passĂ©s Ă©taient prĂ©visibles et que cela devrait Ă©clairer la prise de dĂ©cision future.

  • L'erreur du joueur, qui fait rĂ©fĂ©rence Ă  la probabilitĂ© que le rĂ©sultat d'un tirage au sort dĂ©pende d'une manière ou d'une autre des lancers prĂ©cĂ©dents. En fait, chaque pile ou face est un Ă©vĂ©nement distinct et sans rapport avec une probabilitĂ© de pile ou face de 50 %.

  • Biais de confirmation ou tendance Ă  croire que les rĂ©sultats futurs ou prĂ©sents corroborent sa thĂ©orie ou son explication existante.

  • L'excès de confiance, la croyance universelle selon laquelle nous sommes plus intelligents que nous ne le sommes rĂ©ellement.

Il s'agit d'un petit échantillon d'une longue liste de biais comportementaux qui peuvent aider à expliquer les inefficacités de nos marchés. En réponse à ces imperfections, la théorie behavioriste du portefeuille recommande des couches d'investissements adaptés à des objectifs distincts et bien définis, contrairement à l'approche EMH, qui approuve les fonds indiciels gérés passivement.

Points forts

  • Les comportementalistes croient que les influences Ă©motionnelles, psychologiques et environnementales sont aussi fortes ou plus fortes que la considĂ©ration purement rationnelle des coĂ»ts et des avantages dans la prise de dĂ©cision Ă©conomique.

  • Les comportementalistes pointent un large Ă©ventail de biais cognitifs qui ont Ă©tĂ© dĂ©crits par les chercheurs pour expliquer diverses imperfections du marchĂ© et les Ă©carts par rapport aux prĂ©dictions des modèles Ă©conomiques basĂ©s sur la thĂ©orie du choix rationnel.

  • Les comportementalistes privilĂ©gient les thĂ©ories de l'Ă©conomie comportementale et de la finance comportementale, qui mettent en Ă©vidence des comportements Ă©conomiques qui semblent violer la thĂ©orie traditionnelle du choix rationnel.