Investor's wiki

Crise financière asiatique

Crise financière asiatique

Qu'est-ce que la crise financière asiatique ?

La crise financi√®re asiatique, √©galement appel√©e la ¬ę contagion asiatique ¬Ľ, √©tait une s√©quence de d√©valuations mon√©taires et d'autres √©v√©nements qui ont commenc√© √† l'√©t√© 1997 et se sont propag√©s √† de nombreux march√©s asiatiques. Les march√©s des devises ont d'abord √©chou√© en Tha√Įlande √† la suite de la d√©cision du gouvernement de ne plus rattacher la monnaie locale au dollar am√©ricain (USD). La baisse des devises s'est propag√©e rapidement dans toute l'Asie de l'Est, provoquant √† son tour une baisse des march√©s boursiers,. une r√©duction des revenus d'importation et des bouleversements gouvernementaux.

Comprendre la crise financière asiatique

√Ä la suite de la d√©valuation du baht tha√Įlandais, une grande partie des devises d'Asie de l'Est ont chut√© de 38 %. Les actions internationales ont √©galement chut√© de 60 %. Heureusement, la crise financi√®re asiatique a √©t√© quelque peu endigu√©e gr√Ęce √† l'intervention financi√®re du Fonds mon√©taire international et de la Banque mondiale. Cependant, les baisses du march√© ont √©galement √©t√© ressenties aux √Čtats-Unis, en Europe et en Russie alors que les √©conomies asiatiques s'effondraient.

√Ä la suite de la crise, de nombreux pays ont adopt√© des mesures protectionnistes pour assurer la stabilit√© de leur monnaie. Cela a souvent conduit √† des achats massifs de bons du Tr√©sor am√©ricain,. qui sont utilis√©s comme investissements mondiaux par la plupart des gouvernements, des autorit√©s mon√©taires et des grandes banques du monde. La crise asiatique a conduit √† des r√©formes financi√®res et gouvernementales indispensables dans des pays comme la Tha√Įlande, la Cor√©e du Sud, le Japon et l'Indon√©sie. Il sert √©galement d'√©tude de cas pr√©cieuse pour les √©conomistes qui tentent de comprendre les march√©s entrelac√©s d'aujourd'hui, en particulier en ce qui concerne le commerce des devises et la gestion des comptes nationaux.

Causes de la crise financière asiatique

La crise s'enracinait dans plusieurs fils de phénomènes industriels, financiers et monétaires. En général, bon nombre d'entre eux sont liés à la stratégie économique de croissance tirée par les exportations qui avait été adoptée dans les économies en développement d'Asie de l'Est dans les années qui ont précédé la crise. Cette stratégie implique une coopération étroite du gouvernement avec les fabricants de produits d'exportation, y compris des subventions, des accords financiers favorables et un rattachement de la monnaie au dollar américain pour garantir un taux de change favorable aux exportateurs.

Bien que cela ait profité aux industries en croissance de l'Asie de l'Est, cela comportait également certains risques. Des garanties gouvernementales explicites et implicites pour renflouer les industries et les banques nationales ; des relations chaleureuses entre les conglomérats d'Asie de l'Est, les institutions financières et les régulateurs ; et une vague d'afflux financiers étrangers avec peu d'attention aux risques potentiels, tout cela a contribué à un aléa moral massif dans les économies d'Asie de l'Est, encourageant des investissements majeurs dans des projets marginaux et potentiellement précaires.

Avec le renversement de l' accord du Plaza en 1995, les gouvernements des √Čtats-Unis, de l'Allemagne et du Japon ont convenu de se coordonner pour laisser le dollar am√©ricain s'appr√©cier par rapport au yen et au deutsche mark. Cela signifiait √©galement l'appr√©ciation des devises d'Asie de l'Est qui √©taient index√©es sur le dollar am√©ricain, ce qui a conduit √† l'accumulation de pressions financi√®res majeures dans ces √©conomies alors que les exportations japonaises et allemandes devenaient de plus en plus comp√©titives avec les autres exportations d'Asie de l'Est. Les exportations se sont effondr√©es et les b√©n√©fices des entreprises ont diminu√©. Les gouvernements d'Asie de l'Est et les institutions financi√®res connexes ont eu de plus en plus de mal √† emprunter en dollars am√©ricains pour subventionner leurs industries nationales et maintenir leur parit√© mon√©taire. Ces pressions ont atteint leur paroxysme en 1997 lorsqu'ils ont l'un apr√®s l'autre abandonn√© leurs parit√©s et d√©valu√© leurs monnaies.

Réponse à la crise financière asiatique

Comme mentionn√© ci-dessus, le FMI est intervenu en accordant des pr√™ts pour stabiliser les √©conomies asiatiques ‚Äď √©galement appel√©es ¬ę √©conomies du tigre ¬Ľ ‚Äď qui √©taient touch√©es. Environ 110 milliards de dollars de pr√™ts √† court terme ont √©t√© avanc√©s √† la Tha√Įlande, √† l'Indon√©sie et √† la Cor√©e du Sud pour les aider √† stabiliser leurs √©conomies. √Ä leur tour, ils ont d√Ľ respecter des conditions strictes, notamment des imp√īts et des taux d'int√©r√™t plus √©lev√©s et une baisse des d√©penses publiques. Bon nombre des pays touch√©s commen√ßaient √† montrer des signes de redressement en 1999.

Leçons tirées de la crise financière asiatique

Bon nombre des le√ßons tir√©es de la crise financi√®re asiatique peuvent encore √™tre appliqu√©es aux situations qui se produisent aujourd'hui et peuvent √©galement √™tre utilis√©es pour aider √† att√©nuer les probl√®mes √† l'avenir. Premi√®rement, les investisseurs doivent se m√©fier des bulles d'actifs - certaines d'entre elles peuvent finir par √©clater, laissant les investisseurs dans l'embarras une fois qu'ils le font. Une autre le√ßon possible est que les gouvernements gardent un Ňďil sur les d√©penses. Toute d√©pense d' infrastructure dict√©e par le gouvernement aurait pu contribuer aux bulles d'actifs qui ont provoqu√© cette crise - et il peut en √™tre de m√™me pour tout √©v√©nement futur.

Cas moderne de la crise financière asiatique

Les march√©s mondiaux ont beaucoup fluctu√© au cours des deux derni√®res ann√©es, du d√©but de 2015 au deuxi√®me trimestre de 2016. Cela a fait craindre √† la R√©serve f√©d√©rale la possibilit√© d'une deuxi√®me crise financi√®re asiatique. Par exemple, la Chine a envoy√© une onde de choc sur les march√©s boursiers aux √Čtats-Unis le 11 ao√Ľt 2015, lorsqu'elle a d√©valu√© le yuan par rapport au dollar am√©ricain. Cela a entra√ģn√© un ralentissement de l'√©conomie chinoise, entra√ģnant une baisse des taux d'int√©r√™t int√©rieurs et une grande quantit√© d'obligations flottantes.

Les faibles taux d'intérêt édictés par la Chine ont encouragé d'autres pays asiatiques à baisser leurs taux d'intérêt intérieurs. Le Japon, par exemple, a ramené ses taux d'intérêt à court terme déjà bas à des chiffres négatifs au début de 2016. Cette période prolongée de taux d'intérêt bas a forcé le Japon à emprunter des sommes d'argent de plus en plus importantes pour investir sur les marchés boursiers mondiaux. Le yen japonais a réagi de manière contre-intuitive en augmentant sa valeur, rendant les produits japonais plus chers et affaiblissant davantage son économie.

Les marchés boursiers américains ont réagi avec une baisse de 11,5 % du 1er janvier au 11 février 2016. Bien que les marchés aient ensuite rebondi de 13 % l'année suivante, la volatilité a suivi tout au long de l'année 2016 jusqu'à ce que les effets de cette situation se soient complètement dissipés.